Qui s’abaisse sera élevé…

Publié dans Paroissiales - 21 décembre 2017

Noël est la fête du paradoxe. Un Dieu Tout-Puissant se fait petit enfant, la Vierge a enfanté, le sauveur des hommes est veillé par les animaux de l’étable. Noël est le surgissement inattendu du Sauveur espéré, dans la banalité d’une scène où rien ne semble resplendir d’une quelconque gloire.

C’est pourtant la simplicité du mystère de l’enfant mis au monde qui suffit, sans artifices ni publicité. Les anges viennent certes chanter mais qui a le cœur assez pur pour les entendre ? Les bergers viennent se recueillir mais qui les voit ? Même les mages venus d’Orient passeront sans surprendre, à part un roi haineux, la belle affaire…

Ce petit drame caché d’une naissance au loin avait tout pour passer inaperçu, et c’est pourtant cet instant si discret qui aujourd’hui encore mobilise le monde entier dans un élan conjoint de bienveillance et de joie. Les esprits chagrins se plaindront comme toujours qu’on fait trop de cadeaux, et que « de notre temps un bout de carton et une mandarine et voilà ! », les amis des bêtes plaindront les oies et les huîtres sacrifiées sur les autels de nos passions coupables, et nombreux diront qu’on oublie l’essentiel, que l’enfant Jésus n’est plus connu et que ça n’est qu’un vieux bonhomme aux couleurs de soda qu’on fête en ces jours saints.

Pourtant, que les hommes le veuillent ou non, qu’ils le sachent même ou non, c’est grâce au Tout Petit tout cela, malgré tout. Et on pourra supprimer toutes les crèches qu’on voudra et surtout cacher ce Saint qu’on ne saurait voir, Lui le sait que c’est sa venue qui a tout changé, oserions-nous perdre du temps à déplorer quoi que ce soit ? Le temps est court, allons, réjouissons-nous, et que nul ne nous ravisse notre joie !

Père Gaultier de Chaillé

Belles fêtes de fin d’année
à tous et autour de vous !

Télécharger l’intégralité de Paroissiales du 24 décembre 2017 (format PDF)

Télécharger le texte de la 1ère lecture du dimanche 24 décembre et son commentaire (format PDF)