JUSQU’À QUEL MOMENT PUIS-JE ARRIVER EN RETARD A LA MESSE ?

Publié dans Paroissiales - 6 octobre 2017

Un de mes confrère a attiré mon attention une fois sur le quart d’heure qui précède la messe du dimanche. Il me disait qu’il y avait un rapport entre la qualité de ce temps et la qualité de la participation à l’eucharistie. « Par la manière dont tu accueilles les gens à ce moment-là, tu peux leur permettre d’entrer favorablement dans la célébration », me disait-il. Je l’ai pris pour moi et je m’en trouve bien – pourvu que j’y fasse attention de façon renouvelée.

Je vous partage ce propos parce qu’il vaut aussi pour vous. Du temps qui précède la messe dépend la qualité de votre participation à la célébration, de votre participation et de celle de vos proches. Je vous le partage parce que je ne comprends pas le retard à la messe. Nos assemblées sont curieusement clairsemées jusqu’au Psaume où elles sont à peu près constituées…

Il ne viendrait à personne l’idée d’être en retard au train, à l’école ou au cinéma… Pourtant ce serait aussi problématique ! Car dans l’eucharistie, nous croyons que le rassemblement est le premier signe de la présence réelle du Christ : « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ».

On répondait (curieusement) autrefois à la question de savoir « jusqu’à quand on pouvait arriver en retard à la messe pour l’avoir eue ». On disait : « Jusqu’à ce que le calice soit découvert ». Mais aujourd’hui où nous avons repris conscience que c’est toute la célébration qui est événement, il faut répondre autre chose : c’est 15 minutes avant. Ou disons 5. Quel bonheur de vous retrouver dimanche prochain à l’heure dite… Et les suivants !

Père Pierre Delort-Laval

Télécharger l’intégralité de Paroissiales du 8 octobre 2017 (format PDF)

Télécharger le texte de la 1ère lecture du dimanche 8 octobre et son commentaire (format PDF)