Demeurer en Chemin

Publié dans Paroissiales - 12 mai 2017

Jésus nous parle des « demeures » nombreuses dans la maison du Père, qui sont un signe de la place que chacun peut trouver. Il parle ensuite de « chemin », de nécessité de le suivre pour arriver jusqu’au Père avec Lui et par Lui.

C’est là un grand paradoxe de la foi chrétienne : nous sommes dans la tension entre la réalité fondamentalement dynamique qu’est la foi, qui évolue, met en mouvement et en pèlerinage, et sa dimension au contraire paisible et ancrée.

Dans Laudato Si’, le pape François parle de « rapidación », d’accélération, pour déplorer une forme d’hyper-mobilité insatisfaite propre à notre époque. Il est en effet particulièrement difficile aux générations actuelles de vivre un équilibre profond dans le rythme de vie et de comprendre qu’il y a une vraie vertu de l’enracinement. À quoi bon avancer si l’on ne sait ni d’où on vient ni où on va ? Est-il possible d’être heureux et libre dans une recherche sans horizon ?

La foi chrétienne est toujours marquée par une dynamique, un chemin, mais elle est aspiration, tension, vers un but à conquérir : voir Dieu et vivre en Lui. La liberté chrétienne se conquiert jour après jour dans la découverte progressive de ce but, c’est pourquoi notre foi n’est pas une promenade qui nous fait revenir au même point de départ : elle est un pèlerinage qui nous transforme et nous mène à un achèvement.

Père Gaultier de Chaillé

Télécharger l’intégralité de Paroissiales du 14 mai 2017 (format PDF)

Télécharger le texte de la 1ère lecture du dimanche 14 mai 2017 et son commentaire (format PDF)

Télécharger la liste des candidats au Conseil Pastoral (format PDF)